Végétariens : puiser sa vitamine B12 par la Spiruline, une fausse bonne idée ?

Compléments b12 carences

L’ère du « tout viande » tend peu à peu à disparaitre. En réaction, de nombreux régimes alimentaires voient le jour. Il y en a pour tout les gouts, du plus extrême au plus light. Véganisme, végétarisme, flexitarisme… La toute puissance de la viande semble reculer au niveau mondial. Et pour cause : des prises de conscience sur les dommages d’une surconsommation de viande – et notamment la rouge – mais aussi sur l’inhumaine souffrance animale… Les raisons qui poussent la population à s’éloigner de la viande sont légitimes.

Si le régime flexitarien, qui consiste à ne manger qu’occasionnellement de la viande ne demande a priori aucune précaution particulière, on ne s’improvise pas en revanche végan ou végétarien.

On entend parfois qu’une complémentation en spiruline comblerait les carences dues aux régimes sans viande strictes. Si la Spiruline apporte en effet beaucoup de nutriments essentiels, les avis sont nettement plus réservés sur l’efficacité de sa B12. La B12 qu’elle contient serait une b12 inactive voire une pseudo b12 qui n’en est pas réellement ! Dans tous les cas, ça ne marche pas !

Qu’est-ce que la B12 ?

La vitamine B12 ou cobalamine, est un élément essentiel dans le fonctionnement de l’organisme. Elle intervient dans de nombreuses fonctions et pas des moindres : division cellulaire, synthèse de l’ADN, formation des globules rouges, fonctionnement des cellules et du système nerveux en général… Et la liste n’est pas exhaustive ! Voilà pourquoi le corps humain ne peut s’en passer.

Les désastres (différés) d’une carence en B12

Etant donné son importance sur l’ensemble de l’organisme, une carence en B12 favorisé par les régimes excluant les produits d’origine animale, a des conséquences désastreuses : l’anémie et sa cascade de symptômes : fatigue, pâleur, faiblesse, essoufflement, étourdissements. La carence peut entraîner des lésions nerveuses avec des picotements, pertes de sensations dans les mains et les pieds, faiblesse musculaire, difficultés motrices, confusion. Elle peut aussi accroitre le risque de dépression… On ne rigole pas avec la b12.

Attention : dans le cadre d’une alimentation omnivore, la b12 assimilée est stockée dans le foie. Cette ressource peut être exploitée durant plusieurs années avant d’être épuisée. C’est pourquoi la carence en b12 et ses symptômes peuvent survenir trois ou quatre ans après l’arrêt de la consommation des produits d’origine animale.

La B12 dans les régimes sans aliment d’origine animale

C’est très simple : chez les humains, la b12 ne peut pas être suffisamment puisée dans une alimentation excluant les produits d’origine animale.

C’est pourquoi on entend souvent que la spiruline ou les algues nori peuvent combler ces carences. Visiblement, cette idée est fausse et absolument dangereuse car pensant satisfaire leurs besoins, les personnes qui misent leur apport en b12 sur ces algues rencontreront tôt ou tard de lourds symptômes et conséquences, sans forcément faire le lien avec leur régime alimentaire, les conséquences n’apparaissant que des années après le commencement de ce régime.

Une solution sécure pour préserver ses besoins en b12

Le moyen le plus sûr, efficace et économique pour garantir les apports en b12 dans le cadre de régimes sans produits d’origine animale reste la complémentation. B12 en Comprimés, ampoules ou même en injections. Elle se trouve partout : pharmacie, internet & magasins bio.

Avant toute prise de complément, il est conseillé de consulter son médecin, naturopathe ou nutritionniste.

A lire également